Home Recommended Explore Explore Videos Explore Livestreams Explore Images Explore Audio Explore Topics Explore Users Explore groups Topics Groups About Features & roadmap Airtime extension Membership & xp moderation Community guidelines Airtime a short history imprint Contact us changelog

@SansConcession

Mes analyses sociologiques (de toujours) seront-elles confirmées ?

 Mes analyses sociologiques (de toujours) seront-elles confirmées ? 

 Pour tester la validité de ses analyses, il ne faut pas hésiter:

1°) à les confronter aux faits établis ;

2°) à s’en servir pour prévoir l’avenir.

Les résultats d’un premier tour d’une élection à deux tours permettent cet exercice...


 Considérons donc les élections régionales 2021.


Mon analyse de départ est connue: j’affirme que, dans sa majorité, le peuple français reste attaché au régime actuel. Car il voit en en lui le meilleur garant de ses «acquis». Dès lors, quand il réclame un changement, il s’agit d’un changement à l’intérieur du Système, pas d’une rupture franche. Et s’il n’espère plus de changement, alors il s’abstient, du moins tant qu’à ses yeux, la République n’est pas menacée ; en cas de «menace» (fantasmée ou non), il participe au «front républicain» en votant pour le candidat du Système.


Cela dit, considérons le premier tour


Le 20 juin, au niveau national, le parti du Président de la République est arrivé en cinquième position, avec 11% des suffrages. A mes yeux, ce revers prouve la déception des Français. Quelle a été leur réaction ?

1°) les deux tiers se sont abstenus («Plus ça change, plus c’est pareil, alors peu importe qui gouverne, tant que c’est un républicain») ;

2°) parmi les votants, une majorité (27%) a voté pour la droite dite « de gouvernement » (Les Républicains et leurs alliés).

3°) Les partis dont –à tort ou à raison– on pourrait attendre une rupture politique sont arrivés assez loin, voir très loin derrière. Le Rassemblement national avec 19 % des voix, La France Insoumise 4 %, Lutte Ouvrière 3 % et les souverainistes 2 %.


Ces résultats valident mes analyses. Nous assistons au mouvement habituel du balancier d’un parti dit «de gouvernement» à un autre. Tout reste donc dans le cadre du Système. Quant au Rassemblement national, il n’a pas réalisé les scores espérés (ou redoutés).


Passons aux prévisions. Que se passera-t-il au deuxième tour ?


Le yeux se tournent vers la région PACA, où le candidat du RN est arrivé en tête (36,4%) devant le candidat sortant (31,9%). La liste d’union de la gauche arrive troisième, loin derrière (16,9 %).

En vertu de mes analyses, je prédis la formation d’un « front républicain » suffisant pour assurer la réélection du Président sortant. D’ailleurs, après avoir déclaré son maintien, la liste de l’union de la gauche a finalement annoncé son retrait « pour faire barrage au RN ».


Étendant cette analyse à la France entière, je prévois que le 27 juin au soir, le RN n’aura conquis aucune région. Les partis dits « de gouvernement » (ou «républicains») se partageront toutes les régions.


J’ai l’habitude de résumer tout cela ainsi : « tant que les supermarchés seront achalandés, les pompes à essence pleines et les portables en fonctionnement, aucune révolution nationale ne sera possible. » Reste, donc, à attendre le collapsus. D’ici-là, notre travail est de semer les graines. Travail ingrat, mais l’important est de réaliser sa mission…


Views:113
Likes:0
PostTime:1624438390861
Comment Count:0
Group Name:
Votes Count:2